Frères Jacques

On chantait cette pièce mes frères et moi, sans trop y penser. J’étais le plus jeune. Michel avait 4 ans de plus que moi et Vincent 8 ans de plus. Nos parents avaient planifié ainsi notre naissance. Étant le plus jeune, je n’ai pas eu de complicité fraternelle avec eux; entre 15 et 20 ans, ils se comprenaient et moi, je n’étais encore qu’un enfant Vincent, l’ainé, s’est parfois comporté comme un père substitut, Michel, le cadet, comme « grand frère ». Vincent veillait à faire respecter l’autorité paternelle tandis que Michel mettait des balises. Lorsque j’ai fumé mes premières cigarettes, avant 21 ans, l’âge officiel du temps, Michel a pris le blâme pour m’éviter les réprimandes. Je fumais dans la chambre, tête dans la cheminée pour évacuer les odeurs et Michel en assumait la responsabilité. Je ne fume plus et Michel n’est plus là mais je respecte depuis. Quant à Vincent, la différence d’année s’est amenuisée au point que nous avons quasiment le même âge aujourd’hui et que nous nous comprenons.

Publicités

A propos denis3r

Trois-Rivières
Cet article a été publié dans Journal. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Frères Jacques

  1. Guillem jerome dit :

    Tres juste et tres touchant…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s